Arts | Thailande

Le Lan Na, royaume du Nord, temples bouddhistes/4Temples de la province de Nan

par   |  0 commentaire

Le Lan Na possède un grand nombre de temples, construits dans le style propre au Nord de la Thaïlande, qui révèle aussi des influences du Sri Lanka, de l’Inde, de la Birmanie, voire de la Chine. La Galerie photo, sans être exhaustive, présente un certain nombre d’images de temples de Chiang Mai, Chiang Rai, Lamphun, Lampang, Nan et Mae Hong Son, accompagnées d’une courte explication.


Province de Nan

Ville de Nan

Wat Phumin

Le Wat Phumin est le temple le mieux connu de la province de Nan. Il a été fondé en 1596 par Phrachao Chetabut Prohmin, gouverneur de Nan.

La halle des ordinations, avec ses quatre portails orientés selon les directions cardinales, est unique en Thailande. Au milieu du temple on note quatre grands Bouddhas en style Sukhothai, en posture d’appel de la terre à témoin. Ils sont placés dos à dos et certains détails de leurs têtes évoquent une influence laotienne. Bel exemple d’architecture du Lan Na, la structure du toit est soutenue par douze grands piliers en teak. Les peintures du XIXe siècle, visibles sur les murs intérieurs, représentent des Jataka (vies antérieures du Bouddha), des mythes populaires et la vie du peuple de Nan dans le passé.

Le plan de l’ubosot est cruciforme et l’édifice est construit sur le dos de deux naga (dieux serpents)  gigantesques.

Détruit par les Birmans en 1704, le temple a été reconstruit entre 1867 et 1875. 


 


 

Wat Phra That Chae Haeng

Le Wat Phra That Chae Haeng est le plus grand temple du Nord. Il a été construit en 1353, sur une colline dominant la ville de Nan et sa vallée. Ayant reçu des reliques (cheveux et cendres du Bouddha), ainsi que des objets sacrés provenant de Sukhothai, actuellement ensévelis sous son chedi doré, le lieu est très vénéré par la population. Une longue balustrade en forme de naga mène au temple; son plan forme un quadrilatère et l’ensemble est entouré d’une muraille. A l’extérieur du quadrilatère on voit un chedi blanc de style birman, un arbre de la Bodhi (arbres sous lesquels le Bouddha aimait méditer) pluricentenaire et un pavillon abritant une grande statue du Bouddha couché ayant atteint le nirvana.



Wat Phra That Chang Kham Woravihan

On suppose que ce temple ait été construit en 863, puis reconstruit en 1458. Il reflète des influences de style Sukhothai, visibles notamment dans le chedi, entouré de statues d’éléphants. Objet de vénération auprès de la population des environs, le temple contient quelques peintures murales délavées. C’est un abbé iconoclaste qui aurait ordonné de recouvrir les images d’une couche de peinture du fait qu’elles pouvaient distraire les fidèles de ses sermons.


 


 

Wat Hua Khuang

Réputé être l’un des wat les plus anciens de Nan, sa date de fondation n’est toutefois pas connue. Il aurait été restauré en 1860. Mélange de styles Lan Na et Taï Lue, il a la particularité de disposer d’un ubosot (salle des ordinations) servant en même temps de viharn (salle de prière), gardé par deux lions blancs. Le frontispice dispose d’un beau sum en style Lan Na. A l’intérieur du bâtiment on aperçoit une statue du Bouddha en style Sukhothai, entourée de statues plus petites et gardée par deux naga.
Dans l’enceinte du temple se trouve un très beau Ho trai (bibliothèque) en bois posé sur une base en maçonnerie. Près de la bibliothèque se trouve un chedi présentant de petites niches abritant des statues du Bouddha.

 


 


 

Ban Nong Bua

Wat Nong Bua

Situé à 40 kilomètres au Nord de Nan, le Wat Nong Bua, construit en 1862, est situé au cœur du petit village de Ban Nong Bua, habité par des Taï Lue. Les Taï Lue furent déportés à Nan vers la fin du XVIIIe siècle, lors des guerres de Kawila, seigneur du Lan Na; d’autres émigrèrent du Sipsongpanna (Yunnan) à Nan en 1836.

Le viharn du Wat Nong Bua présente de belles peintures murales créées par Thit Buaphan, l’artiste qui plus tard a décoré les parois du Wat Phumin à Nan.

Le toit de l’ubosot présente la particularité d’avoir un éléphant plutôt qu’un garuda (oiseau mythique) au faîte du toit.



 

 

 

 

 

Cosimo Nocera est historien et guide du Musée national de Bangkok. Il a vécu et travaillé en Italie, Suisse et en Amérique andine (Pérou, Equateur et Bolivie). Après un long séjour en Asie du Sud-Est, il vit actuellement en Suisse française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *