Inde | Voyage

Sikkim, Darjiling, impressions de l’Inde himalayenne/5Monastères sikkimois : Sanghak Choeling, Pemayangtse

By   |  0 Comments

La série d’articles sur le Sikkim et Darjiling est composée de huit parties qui se présentent comme suit :

1) Sikkim et Darjiling, l’Inde himalayenne; brève histoire du Sikkim; galerie de photos

2) Brève histoire de Darjiling; galerie de photos

3) Brèves informations sur les religions des origines et le lamaïsme tibétains

4) Les monastères lamaïstes. Le monastère Yiga Choeling Ghum, à Darjiling

5) Monastères sikkimois : Sanghak Choeling; Pemayangtse

6) Monastères sikkimois : Enchey et Ramtek, à Gangtok

7) Monastères sikkimois : Tashiding; Yung Drung Kundrak Ling Bön

8) Lieux sacrés sikkimois : Chörten Do Drul, à Gangtok; Lac Khecheopalri


Monastère Sanghak Choeling, à Pelling

Situé sur une colline au-dessus de Pelling (Sikkim occidental), ce monastère – l’un des plus anciens au Sikkim – a été fondé en 1649 par le Lama Lhatsün Chempo. Le nom de ce monastère signifie « Lieu des enseignements divins secrets ». Victime d’incendie, le bâtiment a été reconstruit en 1714 par le Lama Lhatsun Jigme Pawo; il a été rénové en 1966. Le chemin de montée au monastère traverse une forêt de cèdres et permet de belles vues sur le Kangchendzonga. 

Sanghak Choeling appartient à la secte Nyingmapa.



Monastère Pemayangtse, à Pelling

Comme Sanghak Choeling, ce monastère a été fondé, en 1705, par le Lama Lhatsun Chempo. Son nom signifie « Le lotus parfait et sublime ». Construit sur le modèle du fameux monastère Lhakhang au Bouthan, il fut agrandi par le troisième chogyal (roi) du Sikkim, Chakdor Namgyal (1700-1717).

Traditionnellement, les moines font partie de l’ethnie tibétaine des Bhutia. Pemayantse appartient à la secte Nyingmapa et est à la tête de tous les monastères de cette secte au Sikkim. La statue du fondateur de la secte Padmasambhava et de ses deux épouses est visible dans le temple dans sa version courroucée, dite Dorje Bhurpa Vajrakila, aux nombreux bras et têtes. A l’étage, on peut apercevoir les huit réincarnations sous lesquelles Padmasambhava se présente, ainsi que son palace céleste, Zandog Palri. Il existe également une collection ancienne de divinités, de manuscrits et de thangka, ainsi qu’un drapeau tibétain ancien.

Situé sur une colline, Pemayangtse bénéficie de beaux paysages tout alentour avec vue sur les montagnes; il surmonte les ruines de l’ancienne capitale sikkimoise, Rabdentse. Le monastère a été endommagé à deux reprises par des secousses telluriques, mais renforcé et réaménagé à chaque fois. Il est entouré de beaux jardins avec des maisons de style fin de siècle.



 

N.B.  Dans les monastères lamaïstes au Sikkim, à de rares exceptions près, il est interdit de photographier à l’intérieur.

Cosimo Nocera est historien et guide du Musée national de Bangkok. Il a vécu et travaillé en Italie, Suisse et en Amérique andine (Pérou, Equateur et Bolivie). Après un long séjour en Asie du Sud-Est, il vit actuellement en Suisse française.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *