Inde | Voyage

Sikkim, Darjiling, impressions de l’Inde himalayenne/7Monastères sikkimois : Tashiding, Yung Drung Kundrak Ling Bön

par   |  0 commentaire

La série d’articles sur le Sikkim et Darjiling est composée de huit parties qui se présentent comme suit :

1) Sikkim et Darjiling, l’Inde himalayenne; brève histoire du Sikkim; galerie de photos

2) Brève histoire de Darjiling; galerie de photos

3) Brèves informations sur les religions des origines et le lamaïsme tibétains

4) Les monastères lamaïstes. Le monastère Yiga Choeling Ghum, à Darjiling

5) Monastères sikkimois : Sanghak Choeling et Pemayangtse, à Pelling

6) Monastères sikkimois : Enchey et Ramtek, à Gangtok

7) Monastères sikkimois : Tashiding; Yung Drung Kundrak Ling Bön

8) Lieux sacrés sikkimois : Chörten Do Drul, à Gangtok; Lac Khecheopalri


Monastère Tashiding

Tashiding fut fondé en 1641 par le Lama Ngadak Sempa Chenpo Phun Tsok Rigzing, l’un des trois lamas qui élirent le premier chogyal (roi) du Sikkim; il fut rénové et étendu en 1716 par le IIIe chogyal du Sikkim, Chakdor Namgyal. Ce monastère appartient à la secte Nyingma et son nom signifie « Le gompa sur la haute et glorieuse roche blanche ».

Tashiding est considéré comme le centre spirituel du Sikkim; il comporte une aire réservée aux chörten, avec de nombreuses inscriptions sacrées, des pierres mani et des murs mendon. Les chörten abritent les reliques de divers chogyal et lamas du Sikkim.

L’ensemble monastique est formé par le temple principal, les maisons des lampes à beurre, le temple de Padmasambhava ou Guru Rinpoché, les chörten avec la grande cloche, les pierres et les murs.



Monastère Yung Drung Kundrak Ling Bön

Fondé en 1984 par le Lama Yungdrung Tsultrim, ce petit monastère est le seul au Sikkim qui appartient à la tradition bön.

Il est relié à la Fondation allemande Yungdrung Bön et accueille plus d’une trentaine d’enfants de familles bön du Sikkim, du Népal, du Tibet et du Bhoutan auxquels il transmet une éducation temporelle et spirituelle.



 

Quelques photos d’une incinération selon le rite bön, faites en 2008 par M. Schwarzmann :


 

N.B.  Dans les monastères lamaïstes au Sikkim, à de rares exceptions près, il est interdit de photographier à l’intérieur.

 

 

 

 

Cosimo Nocera est historien et guide du Musée national de Bangkok. Il a vécu et travaillé en Italie, Suisse et en Amérique andine (Pérou, Equateur et Bolivie). Après un long séjour en Asie du Sud-Est, il vit actuellement en Suisse française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>