Iran | religion | Voyage

L’Iran en images : vieilles villesUn tour illustré de l'Iran/11

par   |  0 commentaire

L’Iran en images

Cette série de contributions est composée de 12 articles, à savoir :

1. Jardins et bazar

2. La rue, l’alimentation

3. Religions

4. Villes et constructions dans le désert

5. Déserts, caravansérails

6. Trois palais

7. Place de l’Imam, à Esfahan : deux mosquées

8. Trois mausolées

9. Deux mosquées, à Shiraz et à Yazd

10. Adaptation à l’environnement géographique

11. Vieilles villes

12. Hammam, zurkhaneh


Vieilles villes

Les villes iraniennes conservent des constructions, lieux et symboles traditionnels qui impriment leur marque au tissu urbain.

Outre les bazar, les lieux de culte, les jardins, les quartiers, maisons d’habitation et palais, on relève : les hammam (bains publics), les ponts, les forteresses, certaines constructions multifonctionnelles.

Yazd est une ville qui a réussi dans une large mesure à garder son héritage ancien.


Ville historique de Yazd

Yazd est située au milieu du plateau iranien, à proximité des routes des épices et de la soie. Placée dans un environnement désertique, la ville a développé depuis l’Antiquité d’ingénieux systèmes d’utilisation de ressources limitées pour assurer sa survie. C’est le cas de l’eau, amenée en ville par le système hydraulique des qanat (cf. art. « Adaptation à l’environnement géographique »). C’est aussi le cas du refroidissement des réservoirs d’eau et des habitations au moyen des badgir (cf. même article).

D’autre part, la ville de Yazd comporte une importante vieille ville construite en terre. Elle a gardé ses quartiers traditionnels, maisons anciennes, qanat, bazar, hammam, mosquées, synagogues, temples zoroastriens et le jardin historique de Dowlat Abad (cf. même article).



Maghbareh-ye Davazdah Imam (Sanctuaire des douze imam)

A l’intérieur de cet édifice en briques du XIe siècle on peut lire les noms des douze imam vénérés par les chiites ; le sanctuaire fonctionne comme mosquée funéraire mais ne contient par les sépultures des imam.


Zendar-e Iskandar (Prison d’Alexandre)

Un mythe dit que Yazd aurait été fondée par Alexandre le Grand au IVe siècle avJC, lors de son périple oriental. En réalité, la fondation de Yazd semble remonter à la période sassanide (224-651 apJC), la ville étant considérée comme l’une des plus anciennes de la région.

Dans sa vieille ville se trouve un bâtiment à coupole appelé « Prison d’Alexandre » où, selon la légende, Alexandre aurait emprisonné des dignitaires achéménides (550-330 avJC) . La réalité est plus prosaïque : au XVe siècle, le bâtiment était consacré à une medersa (école coranique).

De nos jours, Zendar-e Iskandar abrite divers ateliers artisanaux et des boutiques.


Le Nakhl de Yazd

Le nakhl (palmier) est une grande structure en bois sculpté et tressé, en forme de deux grandes feuilles. Ces structures sont entreposées près des mosquées ou des tekiyeh (lieux où les chiites se réunissent pour fêter l’ashura ou commémoration du martyre de l’Imam Hossein et de ses compagnons). Le nakhl symbolise le cercueil de l’Imam.

A Yazd, lors des ta’ziya – les cérémonies de l’ashura qui ont lieu pendant le mois de moharram (septembre) – le nakhl est recouvert de tissu noir et orné de miroirs, images, oriflammes, épées et poignards ; sous la guide du seyyed (descendant du Prophète) il est porté par les fidèles qui lui font faire trois fois le tour de la place.


Majmua Meydan Amir Chakhmaq, Yazd

Le complexe Amir Chakhmaq regroupe une mosquée, un bazar, un caravansérail ainsi qu’un tekyeh pour la commémoration du martyre de lImam Hossein. Le bâtiment qui abrite le complexe a été bâti au XVe siècle par Amir Chakhmaq, gouverneur de Yazd, du côté Nord d’une mosquée dite Mosquée ancienne, appelée de nos jours Mosquée Amir Chakhmaq. Le bazar et le caravansérail ont été construits à la même époque.

Le complexe, dont le volume est important, comporte deux minarets très haut; de nos jours ses arcades sont éclairées la nuit à la lumière orange, ce qui lui confère un aspect féérique.


Arg-e Karim Khan, Shiraz

Arg-e Karim Khan est le nom d’une forteresse, construite en 1766, dans la ville de Shiraz, sous le roi Mohammad Karim Khan, de la dynastie Zand. Sous la dynastie Qadjar (1781-1925), Arg-e Karim Khan devint le siège du gouverneur de la province de Fars.

La forteresse comporte de hauts murs et plusieurs donjons; à l’intérieur se trouvent divers bâtiments et une cour arborisée.


Pont Pol-e Kadju, Esfahan

Le pont Pol-e Kadju a été construit sous le roi Shah Abbas II, de la dynastie des Séfévides (1501-1736), vers 1650. Reliant deux quartiers de la ville d’Esfahan, il a la triple fonction de passage, de barrage sur la rivière Zayandeh rud – l’un des rares cours d’eau permanents de l’Iran – et de lieu de réunions publiques.

Long de 133 m pour 12 m de largeur, le pont comporte 23 arches. Il possède plusieurs niveaux : le niveau supérieur était destiné au trafic, les deux niveaux inférieurs, sous les voûtes, aux piétons.

Aujourd’hui, le niveau le plus bas est un endroit consacré à la promenade ombragée et à la détente, avec son café et son salon de thé.

Au centre, de chaque côté du pont, se trouve un pavillon octogonal.


Cosimo Nocera est historien et guide du Musée national de Bangkok. Il a vécu et travaillé en Italie, Suisse et en Amérique andine (Pérou, Equateur et Bolivie). Après un long séjour en Asie du Sud-Est, il vit actuellement en Suisse française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>