Iran | Voyage

L’Iran en images : trois palaisUn tour illustré de l'Iran/6

par   |  0 commentaire

L’Iran en images

Cette série de contributions est composée de 12 articles, à savoir :

1. Jardins et bazar

2. La rue, l’alimentation

3. Religions

4. Villes et constructions dans le désert

5. Déserts, caravansérails

6. Trois palais

7. Place de l’Imam, à Esfahan : deux mosquées

8. Trois mausolées

9. Deux mosquées, à Shiraz et à Yazd

10. Adaptation à l’environnement géographique

11. Vieilles villes

12. Hammam, zurkhaneh


Palais Naranjestan, Shiraz

Le palais connu sous le nom de Naranjestan-e Qavam fait partie du complexe Qavam ; il a été conçu pour être utilisé comme birouni, destiné à l’accueil de visiteurs hors du cercle familial. Construit entre 1879 et 1886, ce complexe abritait  la cour du Gouverneur de la province de Fars pendant la période Qajar. Il inclut aussi la Maison Zinat al Molk, destinée en tant qu’andarouni à servir de logement pour la famille proche. Les deux palais étaient reliés par un passage souterrain.

Le complexe, construit sur trois niveaux par des artistes de Shiraz, inclut un porche à miroirs – d’où on a une belle vue sur le jardin, avec ses fontaines, palmiers et fleurs – et une véranda avec une colonnade en marbre. Il est décoré de multiples façons : bas-reliefs, miroirs, pierres taillées, stucs, catelles peintes, etc.

En 1966 l’Université de Shiraz y a établi son Institut asiatique. De nos jours, le rez-de chaussée abrite un musée où sont exposées des antiquités.



Le Palais du Golestan, Tehran

L’ensemble du Palais du Golestan (Jardin des fleurs) a été bâti dans le périmètre de l’arg-e soltanati, ancienne citadelle royale construite sous le règne du monarque safavide Tahmasp Ier (1524-1576). L’arg fut rénové au XVIe siècle par shah Abbas et depuis lors Tehran, qui n’était pas capitale, devint occasionnellement le lieu de résidence de la monarchie.

Actuellement, les bâtiments les plus anciens du Golestan sont le Takht-e Marmar et le Khalvat-e Karim Khani, construits durant le règne du monarque Zand Karim Khand (1750-1779). En 1783 le roi qajar Agha Mohammad Khan établit sa capitale à Tehran. Plus tard, de nouveaux bâtiments furent ajoutés sous les rois Fath Ali Shah et Nasser Ed Din Shah. Pendant l’époque Pahlavi (1925-1979), le palais du Golestan est utilisé pour les réceptions officielles, comme le couronnement de Reza Shah et de Mohammad Reza Shah, la famille Pahlavi ayant construit ses propres palais au nord de Téhéran. Sous le règne de Reza Pahlavi Shah, les remparts de l’arg ainsi que de nombreux bâtiments furent démolis pour laisser la place à des bâtiments administratifs et la résidence royale fut transformée en musée.

L’ensemble du palais du Golestan est actuellement composé de huit structures importantes, autour d’un jardins qu’entoure un mur extérieur percé de portes.

Quelques bâtiments importants :

– l’Emarat-e Badgir est l’un des plus vieux bâtiments du palais du Golestan, construit entre 1807 et 1809. Les rois qajar utilisaient ce bâtiment plutôt l’été, notamment une large pièce en sous-sol, la pièce d’été, refroidie par quatre tours du vent (badgir) qui orientaient l’air vers un bassin;

– le Shams-ol Emareh (Palais du Soleil), un des bâtiments les plus hauts de Téhéran à l’époque de sa construction. Le roi Nasser Ed Din Shah avait été impressionné par l’architecture européenne lors de son voyage en Europe en 1871 ; il voulut réaliser quelques unes de ces impressions en Iran et invita à cet effet des ingénieurs européens qui participèrent à la conception du Palais, terminé en 1872;

– l’Eyvan-e Takht-e Marmar (Palais de Marbre), complété sous le roi qadjar Agha Mohammad Khan vers la moitié du XVIIIe siècle. En 1800, le roi Fath Ali Shah demanda à des artisans de la pierre de fabriquer un trône en marbre jaune de Yazd ; ce trône, projeté par le peintre en chef du Palais Mirzbaba Shirazi, fut placé sur l’estrade du Palais de marbre. Le Palais servit comme lieu du couronnement des rois et pour les cérémonies officielles.



Palais Chehel Sotun, Esfahan

Chehel Sotoun est un palais royal safavide (XVI-XVIIIes siècles), situé à Esfahan, construit sous le Shah Abbas II (1588-1629) et utilisé pour les cérémonies de couronnement et pour la réception des ambassadeurs étrangers.

Le palais, précédé d’un bassin rectangulaire, comporte, à l’Est, un grand iwan extérieur (porche ouvert sur façade) et un vaste talar (porche à colonnes). A l’intérieur, le noyau du palais consiste en une grande salle d’audience ou de banquet flanquée de pièces plus petites.

La salle d’audiences est richement décorée de stucs en relief, et d’un plafond peint de motifs ornementaux. Elle présente de grandes peintures murales historiques (batailles, réceptions), en l’honneur des principaux souverains de la dynastie safavide.

En 1955, au cours de restaurations ayant eu lieu avec le concours de l’Istituto Italiano per il Medio de Estremo Oriente, des peintures murales de très grande qualité, recouvertes de chaux à l’époque qajar (XVIII-XXes siècles), ont été découvertes dans le Salon du Shah Abbas, situé près de la salle d’audiences. Les couleurs et la composition des œuvres rappellent la peinture du grand peintre Reza Abbasi


 

Cosimo Nocera est historien et guide du Musée national de Bangkok. Il a vécu et travaillé en Italie, Suisse et en Amérique andine (Pérou, Equateur et Bolivie). Après un long séjour en Asie du Sud-Est, il vit actuellement en Suisse française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>