Arts | Histoire | Italie

Le catéchisme sur les murs/2Peintures médiévales dans les églises : des Alpes à la Mer ligure

By   |  0 Comments

 

Des Alpes à la Mer ligure/2

Faisant suite au premier, ce second article présente l’Abbaye de Sainte Justine à Sezzadio/Alexandrie, l’Abbaye de la Sacra di San Michele en Val de Suse/Turin et l’église Santa Maria di Castello, à Gênes.


 

Abbaye Sacra di San Michele, S. Ambrogio, Turin

Depuis longtemps, l’Abbaye de la Sacra di San Michele est considérée comme étant le monument symbolique du Piémont.

Elle est située près de Sant’Ambrogio, au-dessus de la bourgade de San Pietro, au sommet du Mont Pirchiriano, à une quarantaine de km de Turin.

Bâtie entre 983 et 987, l’Abbaye est connue par son important volume et son profil caractéristique visibles à l’entrée de la Vallée de Suse. La Sacra se trouve sur la Via Francigena qui, en passant par le col du Mont-Cenis, connecte la France et l’Italie avec Rome et les ports d’embarcation pour la Terre Sainte; depuis des siècles, elle accueille les pèlerins et les voyageurs de passage.

Dans l’église principale de l’Abbaye on peut voir d’intéressantes fresques réalisées au XVIe siècle par les peintres piémontais Secondo Del Bosco, de Poirino, et Defendente Ferrari, de Chivasso, ainsi que les sarcophages de quelques personnages royaux de la Maison de Savoie.

Après avoir été confiée aux Bénédictins, de nos jours la Sacra est administrée par les Pères rosminiens.


Abbaye de Sainte Justine, Sezzadio/Alexandrie

Selon la légende, la première église de Sainte Justine aurait été construite en 722 sous le roi lombard Liutprand. En fait, comme le prouve une pierre posée sur le sol de l’église, au début du XIe siècle c’est le marquis Otbert, des Aléramiques, qui a reconstruit l’édifice et qui l’a remis aux moines bénédictins. Au XVIe siècle l’église fut confiée à une communauté d’oblates. Toutefois, en 1810 Napoléon séquestra la fondation monastique et la remit aux vétérans de ses guerres. En 1863, sous la Maison de Savoie, l’abbaye, qui avait été fortement transformée, fut vendue à un particulier et à ses descendants qui s’étaient engagés à la restaurer.

Il ne reste de l’ensemble sacré originel que l’abbaye romane du Xe siècle, avec ses trois nefs et les trois absides et la tour du XVe siècle. Le presbytère de l’abside centrale est surélevé ; sur la voûte du choeur on voit des fresques du début du XVe siècle, d’auteur inconnu, de même que sur le bras du transept Nord. La crypte date du XII siècle et comprend un sol en mosaïque.

De nos jours, l’ensemble dit Abbadia di Santa Giustina comprend, outre l’abbaye, la Villa Badia avec son parc et les bâtiments ruraux du XIXe de l’exploitation agricole.


Santa Maria di Castello, Gênes

Les installations sur la colline de Castello datent de l’époque pre-romaine; vers le V siècle avJC y fut construit un oppidum détruit au siècle III, puis, pendant l’époque romaine, un castrum qui donna son nom à la colline.

En 658 le roi longobard Aripert fonda sur la colline de Castello une église dont il ne reste presque rien. Autour du siècle XI deux familles nobles génoises, les Embriaci et les Di Castello, s’installèrent sur la colline : les premier y laissèrent la tour homonyme, bien conservée de nos jours.

Au siècle XII les Maîtres Antelami1 érigèrent une église romane dont la façade, les trois nefs, le transept, les colonnes et deux des trois absides ont été conservés.

En 1442, l’église fut confiée aux Dominicains; les moines commencèrent une campagne de constructions qui déboucha sur la constitution d’un imposant ensemble conventuel.

Entre les siècles XV et XVI fut réalisée la plus grande partie de la décoration sculpturale et picturale de l’église et des cloîtres.

Au siècle XVII eurent lieu les interventions qui conférèrent à une partie de l’ensemble un aspect de style baroque et Renaissance.

L’église, outre les ouvrages de caractère médiéval présentés ci-après, conserve de nombreuses oeuvres d’art des siècles XVII et XVIII, réalisées par des artistes génois et italiens et commissionnées par les grandes familles nobles génoises.

À partir de le 1859 et jusqu’en 2013, on effectua différentes restaurations qui eurent pour effet la transformation partielle du couvent en habitations civiles ; les restaurations les plus récentes, de la période de l’après-guerre jusqu’au siècle XXI, rétablirent cependant quelques-uns des traits originaires de l’église et de l’ensemble conventuel.

1  : Maîtres Antelami : corporation de constructeurs originaires de la Vallée d’Intelvi, située entre les lacs de Lugano et Côme en Haute-Italie ; arrivés à Gênes vers la fin du siècle XI, ils réalisèrent entre autres la cathédrale de Saint Laurent e la commanderie de Saint Jean de Prè.


 

 

Cosimo Nocera est historien et guide du Musée national de Bangkok. Il a vécu et travaillé en Italie, Suisse et en Amérique andine (Pérou, Equateur et Bolivie). Après un long séjour en Asie du Sud-Est, il vit actuellement en Suisse française.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *