Arts | Cambodge | Histoire | Thailande

Les Khmer en Thaïlande/5Autres temples frontière : vallées du Chao Phraya et du Kwae Noi, Phetchaburi, Laos

par   | 0 commentaire

Autres temples frontière

En consultant la carte de l’Empire khmer on s’aperçoit que son territoire, à l’Ouest et au Nord, comprenait les vallées du Kwae Noi et du Chao Phraya, au Sud-Ouest la région de Phetchaburi, au Nord-Est la région de Viang Chan (Vientiane) au Laos.

Ainsi nous décrirons ci-après un certain nombre de temples situés dans ces régions frontière, assez éloignées d’Angkor.


La vallée du Chao Phraya, bref historique

La vallée où coule le Chao Phraya traverse le centre de la Thaïlande du Nord au Sud; c’est sa région rizicole par excellence. Au Nord-Ouest de la partie supérieure de la vallée se situe Lavo, une ancienne cité môn de culture dvaravati. Conquise par les Khmer au XIe siècle, sous Suryavarman Ier, Lavo devint la capitale de la vallée. Les conquérants bâtirent plus au Nord une autre cité qui sera nommée Sukhothai.

La région garda une relative autonomie par rapport à la capitale de l’Empire, Angkor et envoya à plusieurs reprises des ambassades en Chine. A la fin du XIIIe siècle, à l’arrivée des Siamois dans la région, Lavo se détacha d’Angkor.

Les Siamois gardèrent les cités des Khmers tout en les reconstruisant ; Lavo devint Lopburi. Ils utilisèrent le terme de style Lopburi pour désigner l’architecture spécifique de la vallée du Chao Phraya, puis élargirent ce terme à tous les temples et sculptures khmer en Thaïlande. Ils reprirent le principe du pr asat, qu’ils appelèrent prang, tout en le transformant et en lui donnant une forme plus élancée.


Lavo / Lopburi

Wat Phra Si Ratana Mahathat

Situé dans le centre de Lopburi, en face de la gare, cet ensemble de construtions entouré d’une enceinte basse contient des exemples d’architecture khmer provinciale et tardive ainsi que des constructions siamoises. On y trouve notamment plusieurs prang en briques dont l’un est de style iranien. On voit également plusieurs maisons en briques de style siamois Ayutthaya et, à la suite de l’entrée, les ruines d’un viharn construit sous le roi Naraï au XVIIe siècle, en style thaïlandais.

La tour centrale, avec son mandapa (antichambre) et son antarala (bâtiment reliant tour et mandapa), ainsi qu’une tour secondaire sont les seuls restes d’architecture khmer de la seconde moitié du XIIIe siècle, en style Bayon/Lopburi. Tour et bâtiments annexes sont en latérite.

La tour principale, élancée, avec sa base très haute, présente des ressemblances avec celle de Phimai ; à l’origine, la latérite de ce bâtimet était recouverte de plâtre : il reste actuellement des fragments de décoration de bonne qualité.

Des remaniements ont été faits sous le roi siamois Naraï et la tour représente la transition entre le prasat khmer et le prang siamois. Elle a été restaurée en 1983.

Un seul linteau reste encore en place, situé au-dessus de la porte Sud du mandapa ; ses détails ne sont pas d’une interprétation aisée. Un autre linteau, du XIIe siècle, est conservé au Musée Somdet Phra Narai situé à proximité.



Prasat Muang Singh

Situé dans la vallée du Kwae Noi, province de Kanchanaburi, ce prasat situé à la frontière Ouest de l’empire khmer a été construit en style Bayon, à la fin du XIIe-début du XIIIe siècle, sous le règne de Jayavarman VII. Il a été restauré dans les années ’80-90 du siècle passé.

Placé sur la route qui mène en Birmanie par le col des Trois Pagodes, ce temple faisait partie du dispositif de surveillance de la frontière birmane axé sur l’important centre commercial de Srijayasimhapura, cité mentionnée dans la stèle de Preah Kham (Angkor). Le temple se trouvait au centre de la cité; comme de nombreux autres prasat, il était bâti comme modèle cosmologique réduit de l’Univers.

Le site est entouré par des remparts en terre renforcés de blocs de latérite et est bordé au Sud par le fleuve Kwae Noi.

Le sanctuaire proprement dit, orienté à l’Est, est entouré par un mur en latérite, avec ses quatre gopura sur les côtés; du temple central il ne reste que des ruines, contenant la copie de deux statues, celle du bodhisattva Avalokitesvara (dont l’original est au Musée National de Bangkok) et celle d’une divinité féminine, Prajanaparamita.

A l’Ouest du sanctuaire on voit les ruines d’une autre construction, dite Monument n° 2, non restaurée, qui pourrait avoir été un autre sanctuaire dont le temple central se situait à l’arrière. A l’avant se trouvaient des colonnes soutenant une structure en bois, couverte de tuiles en terre cuite.



Prasat Narai Jaeng Waeng

C’est le temple le plus septentrional retrouvé sur le territoire de l’ancien empire khmer. Situé au Nord, dans la province de Sakhon Nakhon, il a été construit au XIe siècle, en style Baphuon, sous le règne d’Udayadityavarman II.

Consacré au culte de Vishnou (Naraï en thaïlandais), il ne reste de ce sanctuaire que la tour centrale, précédée d’un petit porche, orientée à l’Est et posée sur une plateforme en latérite.

Le temple a beau être réduit à une seule tour, il n’en recèle pas moins diverses oeuvres artistiques.

Au-dessus du petit porche se trouve un linteau représentant le dieu hindou Indra sur son éléphant tricéphale Airavata (Erawan en thaïlandais). Sur la tour, on peut voir au-dessus de la porte Est, un fronton montrant Shiva dansant; le linteau en-dessous représente Krishna aux prises avec deux lions. Sur le côté Sud, on remarque un linteau double représentant vraisemblablement des scènes du Ramayana, non déchiffrées à ce jour. Sur le côté Ouest un linteau met en scène un personnage assis sur un naga.

Sur le côté Nord, enfin, se trouve un fronton montrant le rêve de Vishnou, alors que le linteau en-dessous représente Krishna se battant avec un lion.

La tête d’un somasutra (canalisation destinée à l’évacuation des eaux lustrales provenant du linga) émerge de la plateforme du côté Nord.



Phetchaburi, Wat Kampaeng Laeng

Dans l’enceinte d’un wat bouddhiste de construction récente on trouve quatre tours khmer du XIIe siècle, construits sous le règne de Jayavarman VII, en style Bayon, et consacrées d’abord aux dieux hindous puis au bouddhisme mahayana.

Il s’agit du prasat khmer situé le plus au Sud-Ouest de la Thaïlande.

Entourées des restes d’une enceinte en latérite, orientées à l’Est, à l’origine ces  tours étaient au nombre de cinq ; la tour Ouest s’est toutefois partiellement écroulée. De nos jours on appelle les quatre survivantes Tours Est, Nord, Sud et Principale.

Lors de fouilles archéologiques effectuées en 1987 on y a découvert une statue du Bouddha et une statue du bodhisattva Lokesvara.

Les tours étaient recouvertes de stuc et on peut encore aujourd’hui découvrir des traces de décorations, notamment sur la tour principale.

L’ensemble n’a pratiquement pas été restauré et, malgré des dommages partiels dus au temps, il est resté proche de l’aspect original.



Viang Chan

On sait que l’empire khmer atteignait au Nord-Est Viang Chan (Vientiane) et sa région. A ce jour, la recherche archéologique a peu exploré cette région.

Au Musée national et au Temple Musée Phra Kaeou sont exposés cependant des vestiges de la culture khmer découverts sur place. Une statuette d’une divinité khmer, une stèle mentionnant les auberges et hôpitaux construits par Jayavarman VII, etc. En outre, le Vat Si Muang possède un petit sanctuaire consacré à une héroïne locale, où se trouve une construction en latérite qui ressemble à une chapelle khmer.

On sait que les archéologues sont actuellement en train d’explorer des parties du Laos méridional qui ont encore beaucoup à nous révéler sur la présence khmer dans cette région.

Rappelons toutefois l’existence au Laos méridional d’un sactuaire khmer de grande importance : il s’agit du Vat Phou, situé dans la région de Paksé.



 

Cosimo Nocera est historien et guide du Musée national de Bangkok. Il a vécu et travaillé en Italie, Suisse et en Amérique andine (Pérou, Equateur et Bolivie). Après un long séjour en Asie du Sud-Est, il vit actuellement en Suisse française.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.