Iran | religion | Voyage

L’Iran en images : trois mausoléesUn tour illustré de l'Iran/8

par   |  0 commentaire

L’Iran en images

Cette série de contributions est composée de 12 articles, à savoir :

1. Jardins et bazar

2. La rue, l’alimentation

3. Religions

4. Villes et constructions dans le désert

5. Déserts, caravansérails

6. Trois palais

7. Place de l’Imam, à Esfahan : deux mosquées

8. Trois mausolées

9. Deux mosquées, à Shiraz et à Yazd

10. Adaptation à l’environnement géographique

11. Vieilles villes

12. Hammam, zurkhaneh


Astan-e Shah Nematollah-e Vali, Mahan, province de Kerman

Shah Nematollah-e Vali était un maître soufi, ainsi qu’un poète des XIV et XVes siècles, né à Alep en Syrie. Descendant du septième Imâm, il voyagea à travers le monde musulman et étudia la philosophie à la Mecque où il devint le disciple du grand cheikh soufi qadiri Abdollah Yafe-e Qadri. A Samarcande, il fit la connaissance de l’émir et conquérant Tamerlan, puis il s’établit à Mahan près de Kerman. Il y passa les vingt-cinq dernières années de sa vie et y fonda un ordre de derviches qui existe toujours. A sa mort, en 1431, à plus de 100 ans, sa renommée s’étendait à tout l’Iran et jusqu’à l’Inde.

Son mausolée fut construit en 1436 par son disciple Ahmad Shah Kani, seigneur du Deccan indien, et complété plus tard par les monarques qajar Shah Abbas Ier, en 1601, Mohammad Shah Qajar et Nasser Ed-Din Shah. Le mausolée a été plusieurs fois reconstruit après avoir été endommagé par des tremblements de terre.



Mausolée de Hafez

Mohammad Hafez-e Shirazi est un poète, philosophe et mystique iranien, né en 1310 et mort en 1378 à Shiraz.

Auteur de poèmes lyriques, les ghazal, qui évoquent des thèmes mystiques du soufisme, il a élevé cet art à son sommet. Il est aussi le fondateur de l’Ecole littéraire de Shiraz.

Son mausolée, érigé dans sa ville natale au milieu d’un jardin, est un important but de pèlerinage pour la population iranienne, les oeuvres d’Hafez restant les plus populaires des poèmes persans. Des musiciens traditionnels iraniens, comme Mohammad Reza Shadjarian s’en inspirent, de même que des peintres et même des groupes rock.



 

Mosquée et mausolée d’Ali Ebn-e Hamze, Shiraz

Le tombeau où repose l’émir Ali Ebn-e Hamze, fidèle d’Ali Reza, huitième des douze imâm chiites successeurs du Prophète Mohammed, se trouve dans une mosquée du 10e siècle, détruite par les tremblements de terre et reconstruite au XIXe siècle. L’intérieur de cet édifice est recouvert de fragments de miroirs vénitiens, qui créent une ambiance visuelle très suggestive. La porte d’entrée du sanctuaire est un chef-d’oeuvre du travail du métal. Dans la cour de la mosquée on retrouve les pierres tombales de familles aisées qui se faisaient ensevelir à grands frais dans ce lieu sacré.



 

Cosimo Nocera est historien et guide du Musée national de Bangkok. Il a vécu et travaillé en Italie, Suisse et en Amérique andine (Pérou, Equateur et Bolivie). Après un long séjour en Asie du Sud-Est, il vit actuellement en Suisse française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>